L’État recherche des profils du numérique : rejoignez les Entrepreneurs d’intérêt général – Etalab

L’État recherche des profils du numérique : rejoignez les Entrepreneurs d’intérêt général

Entrepreneurs d’intérêt général, programme d’Etalab à la direction interministérielle du numérique, ouvre son 6ème appel à candidatures du 7 mars au 19 avril 2022.

Le programme recherche jusqu’à cinquante profils en data science, data engineering, développement, design et droit du numérique pour relever des défis d’intérêt général. Regroupé(e)s en équipes de 2 ou 3, vous concevrez des produits numériques pendant 10 mois en immersion dans une administration, à partir du 12 septembre 2022.

Si vous croyez dans le service public, que vous voulez relever des défis en première ligne avec les équipes métier de l’État, tout en diffusant des approches plus entrepreneuriales et innovantes, cet appel à candidatures est pour vous !

Accéder à l’appel à candidatures sur le site Entrepreneurs d’intérêt général

Devenir Entrepreneur d’intérêt général, ça veut dire quoi ?

Devenir Entrepreneur d’intérêt général – ou EIG – c’est vivre une expérience dans des communautés aux cultures diverses, toutes reliées par leur engagement pour l’action publique. Vous allez :

  1. Intégrer une administration pour 10 mois et bénéficier du soutien d’agents publics porteurs du projet
  2. Faire équipe avec un ou deux autres profils du numérique
  3. Rejoindre une promotion d’une cinquantaine d’EIG et 172 alumni 
  4. Participer à un programme d’appui à l’innovation : les EIG de la promotion se retrouvent pour des sessions régulières de partage entre pairs et bénéficient de l’appui d’une équipe d’accompagnement à Etalab (mentorat, séminaires, ateliers-conférences, expéditions apprenantes, etc.)

Les EIG deviennent contractuel(le)s de l’administration, et sont rémunéré(e)s 3.500 euros ou 4.000 euros net par mois pour les profils ayant respectivement jusqu’à 5 années ou plus de 5 années d’expérience. 

Quels sont les profils recherchés ?

Nous recherchons des personnes qui veulent transmettre une culture entrepreneuriale à l’administration tout en s’engageant dans une démarche d’innovation ouverte, de partage des communs (ouverture des données et des codes-sources, mutualisation et réplication des productions) et de numérique éco-responsable et accessible.

Les métiers recherchés sont :

  • Ingénieur(e)s de la donnée (data engineers)
  • Ingénieur(e)s des sciences de la donnée (data scientists)
  • Développeurs et développeuses
  • Designers
  • Juristes du numérique

Fort du succès de l’année passée, le programme renouvelle l’ouverture de son appel à candidatures aux profils juridiques. De la même manière que les profils techniques font bouger les lignes des directions du numérique, les profils juridiques apportent une expertise déterminante sur des sujets d’open source, d’open data, de circulation des données et de protection des données personnelles.

Pour cette sixième promotion, le programme EIG poursuit ses efforts pour un recrutement toujours plus divers et inclusif. Une attention particulière est portée aux personnes issues de formations et/ou de trajectoires professionnelles variées, incitant par exemple des talents autodidactes ou issus d’une reconversion à candidater. Avec l’appui de l’agence spécialisée MozaïkRH, nous avons redéfini les critères de sélection pour qu’ils reflètent mieux les qualités attendues et simplifié le parcours de candidature.

L’ensemble des candidates et candidats au programme seront sélectionnés sur des critères autant techniques qu’humains : nous recherchons des personnes compétentes dans leur domaine mais aussi capables de mener un projet de bout en bout, empathiques, aimant le travail en équipe pluridisciplinaire et avec une appétence pour l’intérêt général.

Pour mener quel type de projet ?

Les projets à mener dans les administrations seront dévoilés à partir du 9 mai. Si votre candidature est présélectionnée pour le programme, vous pourrez alors indiquer les projets sur lesquels vous souhaitez vous positionner, dans la limite de cinq. Si votre préférence ne peut pas être satisfaite, il vous sera proposé une audition pour un autre projet.

Les projets, en cours de sélection, seront à mener dans une diversité d’administrations, sur l’ensemble du territoire français. Les années passées, les EIG sont intervenus aussi bien dans les ministères de la Justice, de la Culture et de l’Intérieur, qu’à la Haute Autorité de Santé, le Museum d’Histoire Naturelle, le Commissariat général au développement durable, etc. 

Un dénominateur commun à tous ces projets : ils sont formulés à partir d’un besoin clair, présentant un fort impact pour une politique ou un service public. À partir de ce besoin, et pendant 10 mois, les EIG créent et testent de nouveaux possibles au sein de leur administration d’accueil.

Au terme d’une démarche empirique et incrémentale, les réalisations peuvent être très diverses, par exemple :

  • À la DIRECCTE (Directions Régionales des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l’Emploi) de Bourgogne-Franche-Comté, un data scientist et un développeur avaient pour mission en 2018 de détecter les entreprises fragilisées pour mieux les accompagner. Leur réalisation : un logiciel de détection des entreprises à risque de défaillance, s’appuyant sur un module de chargement de données (cotisations sociales, données d’emploi, données financières), un algorithme de machine learning et une interface graphique. Ce logiciel est utilisé par les commissaires aux restructurations et à la prévention des difficultés dans les entreprises pour accompagner les entreprises détectées avant qu’il ne soit trop tard. Depuis, le projet Signaux Faibles est déployé à l’échelle nationale. Le data scientist, Pierre Camilleri, et le développeur, Christophe Ninucci, font toujours partie de l’équipe.
  • Au Mobilier National, une designer et un développeur avaient pour mission en 2018 de créer un outil pour révéler les objets et savoir-faire du Mobilier National, qui contient tout le patrimoine mobilier de l’Etat. Leur réalisation : un site et un outil de recherche dans les collections. A l’issue des 10 mois, 70 000 objets étaient en ligne, dont 36 000 photos d’objets et 15000 photos téléchargeables et réutilisables. Le code de l’outil est accessible et peut être réutilisé par d’autres institutions culturelles afin de diffuser plus facilement leurs collections. L’équipe EIG a également organisé des ateliers en partenariat avec Wikimédia France pour publier des photos des ateliers du Mobilier sous licence libre et enrichir les articles de Wikipédia. La designer, Laurie Chapotte, et le développeur Ned Baldessin poursuivent ce projet dans l’Atelier du Numérique du ministère de la Culture.

En attendant de découvrir les projets dévoilés en avril, explorez les projets des années passées et les parcours des anciennes et anciens EIG sur le site Entrepreneurs d’intérêt général

Comment rejoindre notre 6ème promotion ?

Le processus de sélection se fait en trois étapes :

  • 7 mars au 19 avril : soumettez votre candidature
  • 9 mai au 15 mai : les projets à mener dans l’administration sont révélés le 9 mai sur le site Entrepreneurs d’intérêt général. Si votre candidature est présélectionnée, vous indiquez jusqu’au 15 mai les projets sur lesquels vous souhaitez vous positionner, dans la limite de cinq. Si votre préférence ne peut pas être satisfaite, il vous sera proposé une audition pour un autre projet.
  • 7 juin au 13 juin : vous passez un entretien de sélection en présence d’un jury composé d’agents publics, de membres de la DINUM et de personnalités extérieures issues des mondes associatif, de la recherche et de l’entrepreneuriat.

Les lauréates et lauréats rejoignent la 6ème promotion du programme Entrepreneurs d’intérêt général et démarrent leurs projets dans les administrations le 12 septembre 2022, et ce jusqu’au 11 juillet 2023.

Vous voulez candidater ? Postulez jusqu’au 19 avril !

Pour en savoir plus,  participez à nos webinaires de présentation de l’appel à candidatures :

– jeudi 17 mars, de 13h45 à 14h45, sur les métiers du développement et de la donnée

– jeudi 24 mars, de 13h45 à 14h45, sur les métiers du design et du droit du numérique