#OpenGov Transparence de l’aide publique au développement – retour sur le Forum Open d’État #6 – Etalab

#OpenGov Transparence de l’aide publique au développement – retour sur le Forum Open d’État #6

Le 9 avril 2019, a eu lieu le sixième Forum Open d’État en partenariat avec l’Agence française de développement. Ce Forum a réuni les administrations et des membres de la société civile qui travaillent sur l’aide publique au développement.

Ce Forum a aussi permis de faire un point sur la mise en œuvre de l’engagement 3 du Plan d’action National, de “poursuivre la transparence de l’aide publique au développement”

Le Forum avait pour ambition d’échanger sur les sources et usages possibles des données de l’aide publique au développement, notamment les données publiées sur la plateforme open data de l’Agence française de développement. En effet, cette plateforme recense les données du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères, de l’Agence française de développement et de Proparco concernant les projets d’aide au développement et les évaluations inhérentes à ces actions.

Un kit d’appropriation a été distribué aux participants durant l’événement pour assurer une meilleure compréhension des éléments de contexte comme un lexique des acronymes relatifs à l’aide publique au développement, une sélection de différents portails contenant des données sur ce sujet ou encore une explication du contenu et de l’évaluation de ces mêmes données.

Pour aller plus loin et voir le contenu détaillé des échanges, voir le compte-rendu du Forum Etalab.

Des interventions permettant d’observer les différents angles d’approches de l’aide publique au développement

Le Forum Open d’État a débuté avec une présentation des travaux et vision de la transparence de l’aide publique au développement par Delphine Constant-Perier (Agence française de développement), Laure Serra et Michel Tarran (Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères), Louis-Nicolas Jandeaux (Oxfam) et Olivier Bouret (OCDE) :

L’Agence française de développement et le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères ont tout d’abord présenté les données publiées sur le portail d’aide publique au développement.

Oxfam a ensuite présenté les usages que l’ONG fait des données de l’APD ainsi que les améliorations qui pourraient être apportées sur ces jeux de données.

  • Oxfam plaide pour davantage de transparence sur l’évaluation des projets finalisés et sur leur impact, ce qui serait notamment utile pour la société civile locale comme internationale dans une optique de contrôle et d’efficacité.

  • Enfin, Oxfam souhaiterait que les bénéficiaires directes de l’aide (États récipiendaires, régions, communautés) mais aussi toutes les populations impactées soient à même d’accéder aux données disponibles. Il faudrait aussi consulter ces dernières sur le niveau d’information disponible : ces données permettent-elles aux populations impactées de contrôler et d’intervenir sur l’aide au développement ?

La Délégation des relations avec la société civile du Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères (MEAE) suit l’aide publique au développement française destinée aux organisations de la société civile françaises et étrangères. De ce fait, le MEAE publie un jeu de données sur data.gouv.fr sur les actions des organisations financées par l’APD française. Le MEAE devrait publier les chiffres de 2018 avant l’été et travaille sur l’amélioration de la lisibilité de ces données.

L’OCDE promeut également la transparence de l’aide en collectant les données de tous les pays membres. Le but pour l’OCDE est d’avoir des jeux de données fiables, complets et comparables entre les différents États.

  • Ces données sont publiées sur le portail OCDE-CAD. Tous les cinq ans, le Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE évalue les efforts des États membres en matière d’aide publique au développement.

  • Ces examens offrent une étude détaillée des systèmes et des politiques de développement et présentent les enseignements tirés dans les pays membres du CAD.

Des ateliers pour identifier les sources d’information sur l’aide publique au développement et comprendre l’évaluation des projets

Voir le jeu de données concernant les différentes sources d’information sur l’aide publique au développement

Le premier atelier a permis de réaliser une cartographie des différentes sources d’information relatives à l’aide publique au développement.

  • Il est apparu que ces sources sont très diverses et que peu d’associations et autres membres de la société civile (étudiants, chercheurs…) présents passent par les plateformes de données ouvertes du gouvernement par méconnaissance des informations disponibles sur ces portails. De façon générale, il est ressorti que les organisations de la société civile cherchent principalement à connaître l’implication de la France dans les différents projets.

  • Suite à cet atelier un mot-clé data.gouv a été mis en place pour regrouper tous les jeux de données de l’aide publique au développement.

Le second atelier sur les études d’impacts a permis de faire (re)découvrir aux participants les fiches projets publiées avec les jeux de données de l’Agence française de développement.

Lors de l’atelier les participants ont échangé sur les différentes utilisations possibles de ces fiches projets, les moyens pour les retrouver et les pistes d’amélioration possibles pour augmenter leur utilité. (ex : un meilleur détail des coûts, une harmonisation de la forme des fiches ou encore l’existence de fiches en aval du projet).

Les suites : un recensement des sources de données de l’APD et un travail sur la qualité des données

À la suite de l’atelier sur l’utilisation des données par la société civile, Etalab a recensé les différentes sources d’information sur l’aide publique au développement, dans un billet de blog de data.gouv.fr ainsi que dans un fichier CSV.

D’ici la fin 2019, le MEAE et l’AFD souhaitent continuer à améliorer la qualité des données déclarées au Comité d’aide au développement de l’OCDE et élargir la couverture de la publication des données sur leur plateforme à d’autres zones géographiques (passée déjà de 36 à 47 pays en 2018), et de domaines d’activités par exemple pour les financements d’urgence humanitaire et les contributions des fonds multi-latéraux gérés par les organisations internationales (ONU, Banque Mondiale…).

Contact : gouvernement-ouvert@etalab.gouv.fr